“Mon métier va être très demandé à la fin du confinement”

Myriam (le prénom a été modifié) a 25 ans et est esthéticienne. A seulement 22 ans, elle décide de lancer sa micro-entreprise dans l’esthétique. Aujourd’hui, avec la pandémie de COVID-19, les conséquences économiques n’épargnent pas cette jeune auto-entrepreneure qui vit à Ostwald. Suite au confinement, son activité est à l’arrêt, elle a donc vu son chiffre d’affaires chuter de manière vertigineuse. Ignorant si elle est éligible à un dispositif de soutien, Myriam s’adapte, trouve des ressources et ne perd pas espoir.

C’est suite à un appel à témoignages lancé par notre groupe WhatsApp “CODIV-19”, qu’elle a accepté de nous raconter son quotidien d’entrepreneure à l’arrêt.

Un témoignage plein d’espoir et résolument tourné vers l’avenir.

Quel est ton métier ?

Je suis esthéticienne. J’ai ouvert ma micro-entreprise il y a 3 ans. Je fais également de la vente de produits cosmétiques bio.

Exerces-tu seule ton activité ?

Oui, je suis la seule employée de ma micro-entreprise.

Comment as-tu vécu l’annonce du passage au stade 3 et l’annonce du confinement ?

Mon avis est que cette mesure était impérative pour la santé de notre population. C’est sûr que du point de vue professionnel ce n’était pas la joie. Je pense qu’il faut s’avoir relativiser et surtout, prendre du temps pour notre famille et pourquoi pas réfléchir à d’autres axes de développement pour notre société.

Comment vis-tu la situation actuellement ? Les conséquences sont-elles plus graves que tu l’avais imaginé ?

Personnellement en tant que micro-entrepreneure, je ne travaille pas, je ne suis donc pas rémunérée. Je prends alors cette période comme des vacances et je travaillerais plus cet été.

Que penses-tu des aides proposées par l’Etat pour aider les auto-entrepreneurs?

Je pense que c’est une bonne chose même si elles devraient s’étendre à plus de statuts d’entreprises.

Quelles sont tes craintes actuelles ?

Je n’ai bizarrement pas vraiment de craintes. Je sais que mon métier, comme celui des coiffeurs par exemple, va être très demandé à la fin du confinement. Je pense que cela va permettre de rattraper notre retard.

Avais-tu des projets que tu souhaitais mettre en place cette année ? Est-ce que tu penses qu’ils pourront voir le jour ou qu’ils devront être reportés ?

Justement, j’ai profité de ce temps de confinement pour me renseigner sur certaines possibilités de développement. J’ai pu d’ailleurs commencer mon site internet vitrine et site internet marchant pour la vente de mes produits. J’ai planché également sur un business plan de création d’une nouvelle entreprise. Ces choses prennent du temps et nous en avons assez pour ne pas se tourner les pouces.

As-tu un message à passer ?

Ne relâchez rien et penser à l’après. Les choses vont se remettre en place petit à petit et c’est à nous de tenir bon !

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour l’avenir ?

J’ai déjà tout ce qui me rend heureuse. Je suis comblée, que ce soit professionnellement avec des clientes fidèles ou dans ma vie privée.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*